La révolution française

Robespierre et les Factions

(5)

Vaine défense de Danton - Les Indulgents montent à l’échafaud

Tous comparaissent le 13 germinal (2 avril) devant le tribunal. L'espace réservé au public est comble. Une grosse foule entoure le Palais de justice, attentive à tous ses bruits. Herman préside les débats. Avec Fouquier-Tinville, dont on se méfie, car il est cousin de Desmoulins et doit sa place à Danton, il a trié soigneusement les jurés tous sont acquis aux Comités et à Robespierre. Aux Dantonistes ont été mêlés non seulement Hérault de Séchelles et Fabre d'Eglantine, mais les tripoteurs et leurs complices : Chabot, Bazire, Delaunay, l'ex-abbé d'Espagnac. .. On va leur accoler encore Westermann, le général du 10 Août, et Lhuillier, agent national du département de Paris, seize au total.

Camille Desmoulins - dessin de Duplessis-Bertaux - Bibliothèque Nationale

Desmoulins et Lacroix remontrent en vain qu'on les acoquine à des fripons. Les Comités y ont tenu pour les mieux déshonorer. D'ailleurs sont-ils si nets? Cependant, par la force des faits, le procès se divise. Il prendra quatre jours. A la deuxième audience Danton est interrogé. Sa voix, à dessein mugissante, est entendue par le peuple toujours pressé autour du Palals. Devant les jurés qui perdent couleur, la tête rejetée en arrière, la bouche largement ouverte, il se campe en lutteur :

- Les lâches qui me calomnient oseraient4ls m'attaquer en face? Qu'ils se montrent et je les couvrirai d'opprobre... La vie m'est à charge, il me tarde d'en être délivré !

Danton - peinture anonyme de l'époque - Musée Carnavalet

Herman essaie inutilement de l'interrompre. Danton couvre le bruit de sa sonnette. Pour se défendre, il attaque. Il attaque Barère, il attaque Robespierre, il attaque Saint-Just, il se moque de Cambon. Fonçant de-ci, de-là comme un buffle, il piétine, il écrase l'acte d'accusation :

- Moi, vendu à Mirabeau, à d'Orléans, à Dumouriez, moi royaliste! Un homme de ma trempe est impayable !

Fabre d'Eglantine - par Greuze - Musée du Louvre

Sans ordre, à bâtons rompus, souvent gêné par le souvenir de faits sans excuse, il crie avec emportement :

- Le peuple déchirera par morceaux mes ennemis avant trois mois ! ... Mon nom est lié à toutes les institutions révolutionnaires, les Comités révolutionnaires, le Comité de Salut public, le Tribunal révolutionnaire... Et l'on veut faire de moi un modéré! A son tour, il menace:

- Toi, lâche Saint-Just, tu répondras à la postérité de ton accusation contre le meilleur soutien de la Liherté! Je dévoilerai les trois plats coquins qui ont entouré et perdu Robespierre. Qu'ils se produisent ici et je les replongerai dans le néant !...

Philippeaux - gravure de Bonneville

Le public étagé sur les gradins murmure ou applaudit. Herman et Fouquier-Tinville se regardent, impuissants, atterrés. La foule dans le Palais et au-debors devient de plus en plus nerveuse. Le procès tourne mal. Comme il en fût naguère pour Marat, s'il allait finir par le triomphe de Danton ? Président, juge et accusateur public croient déjà sentir le froid du couteau sur leur nuque. Et la grande voix retentit toujours, ironique, haletante, furieuse, effroyable, dominant tous les bruits comme un bourdon de cathédrale qui battrait tantôt la charge, tantôt le glas. On l'entend au-delà de la Seine, jusqu'au quai de la Ferraille.

Westermann - physionotrace de Fouquet-Chrétien

A la fin pourtant, le bronze se fêle, la gorge, lacérée par un si prodigieux effort, ne projette plus que des sons indistincts. Les juges, pressés par les délégués du Comité de Sureté générale, Vadier, Amar, Vouland, David, qui se tiennent dans une petite salle attenante, l'invitent, anxieux, à interrompre sa défense, « pour la reprendre. ensuite avec plus de calme ». N'en pouvant plus, il se tait et l'audience est levée. Le lendemain 15 germinal, les autres accusés sont interrogés à leur tour. Hérault, contre qui on produit des faux par trop maladroits, les anéantit. Quand Herman lui demande quel est son âge, Camille Desmoulins répond, ironique:

- L'âge du patriote Jésus !

Il rappelle ses services, il s'explique sur le Vieux Cordelier et sur sa défense du général Dillon. Lacroix tente de blanchir ses pillages en Belgique aux-quels Danton a plus ou moms participé. Tous, soutenus par le principal accusé, réclament la comparution, à titre de témoins à décharge, de seize membres de la Convention. Obéissant aux ordres du Comité de Salut public, Fouquier s'y oppose.

Fouquier-Tinville - gravure du temps

Philippeaux dit fièrement: « Il vous est permis de me faire périr, mais m'outrager, je vous le défends. » L'insolence de Westermann est militaire. « J'ai reçu sept blessures, toutes par-devant. Je n'en ai reçu qu'une par-derrière, mon acte d'accusation ! » Pendant qu'ils se débattent et que Danton, donnant de nouveau de la voix, le tumulte de la veille renaît, Fouquier fiévreusement écrit aux Comités une lettre corrigée par Herman et qu'ils signent tous deux : « Un orage terrible gronde depuis que la séance est commencée. Les accusés, en forcenés, réclament l'audition des témoins à décharge... Ils en appellent au peuple entier du refus qu'ils prétendent prouver. Nous vous invitons à nous tracer définitivement notre conduite sur cette réclamation, l'ordre judiciaire ne nous fournissant aucun moyen de motiver ce refus. »

Danton conduit à l'échafaud - sanguine attribuée à Wille - Musée Carnavalet

La bête se défend, elle sera dure à tuer. Les Comités se consultent; Robespierre évite de donner son avis. Mors Saint-Just agit. La dénonciation d'un prisonnier du Luxembourg, Laflotte, lui fournit un prétexte. Il a averti les Comités d'une conspiration ourdie par l'ex-général Dillon, Thouret et le député Simond avec la complicité de Lucile Desmoulins pour sauver Danton et ses amis. L'imputation ne repose sur rien. Mais Saint-Just s'en saisit et court à la Convention. Sans donner lecture de la lettre de Fouquier, il dénature sciemment les faits

L'accusateur public a mandé que la révolte des coupables avait fait suspendre les débats de la justice (c'est faux)... Ils ont préparé une conspiration dans les prisons (c'est faux)... La femme de Desmoulins a touché de l'argent pour exciter un mouvement, pour assassiner les patriotes et le tribunal (c'est faux)...

Jeanne Duplay - portrait du temps - Musée Lambinet

Et il propose un décret ordonnant que « tout prévenu qui résistera ou insultera à la justice nationale soit mis hors des débats sur-le-champ ».

Dès qu'Amar et Vouland tiennent ce décret et la déposition de Laflotte, ils se précipitent au Palais de justice. Vouland dit à Fouquier « Nous les tenons enfin, les scélérats; ils conspiraient au Luxembourg! » Et Amar: «Voilà de quoi vous mettre à l'aise. - Ma foi, répond Fouquier en épongeant son front têtu, nous en avions besoin. » Rentré dans la salle d'audience, l'accusateur donne lecture de la dénonciation et du décret. Camille éperdu gémit :

- Les misérables ! Non contents de m'assassiner, ils veulent assassiner ma femme !

Danton se lève et, tendant le poing vers Vadier et Vouland qui se sont de nouveau placés derrière les juges, il clame :

- Voyez ces lâches, ils nous suivront jusqu'à la mort !

Et il prend à témoin le peuple qu'il n'a pas insulté le tribunal. Plusieurs voix montent :

- C'est vrai ! C'est vrai !

Les gradins s'insurgent. N'en pouvant plus, Herman lève l'audience.

La séance du lendemain 16 germinal doit être la dernière, les Comités l'exigent. Après avoir sommairement interrogé les frères Frey - fort insignifiants -, Herman, se servant du décret voté jadis pour précipiter la sentence des Girondins, demande au jury «s'il est suffisamment éclairé ». Les accusés protestent.

David - peint par lui-même - Musée du Louvre

Quoi, l'on veut clore les débats quand il n'y a cu ni dépositions de témoins, ni réquisitoires, ni plaidoiries ! Le jury s'éclipse, puis revient avec l'attestation qu'on lui impose. Aussitôt les accusés se dressent, débordants d'insultes. La salle entière est debout. Desmoulins déchire le mémoire qu'il a préparé et en jette les morceaux à la tête de Fouquier-Tinville. D'autres lancent aux juges des boulettes de pain. Dans ce désordre on entend Danton qui crie:

- Jugés sans être entendus ! Point de délibération !... Nous avons assez vécu pour nous endormir dans la gloire !

Fouquier fait aussitôt décider par le Tribunal que, contrairement à la loi, « en raison de l'indécence des prévenus », le verdict et le jugement seront prononcés hors de leur présence. Ils résistent avec une vigueur désespérée. Il faut trois gendarmes pour arracher Desmoulins à son banc. Danton vocifère encore, mais le bruit est tel qu'on ne l'entend plus...

Fabre d'Eglantine - portrait anonyme - Musée de Versailles

De nouveau le jury s'est retiré. Bien que composé « de gens sûrs », Ces scènes pathétiques l'ont remué. Le voyant faiblir, Vadier et ses acolytes l'exhortent, le flattent, le menacent. Le procès est tout politique. Il s'agit de choisir entre Robespierre et Danton. « L'opinion, répète David, a déjà choisi, elle a déjà jugé. » Pour abattre les dernières résistances, Herruan et Fouquier communiquent « une pièce secrète, une lettre venue de l'étranger et saisie chez Danton ». Encore un faux peut-être, en tout cas, il sert. Les jurés se rendent. Leur président, Trinchard, en rentrant dans la salle, crie au greffier: «Les scélérats vont périr !» Et il prononce le verdict. Tous les prévenus, sauf Lhuillier, sont déclarés coupables de conspiration côntre la représentation nationale, en vue de rétablir la monarchie. Le tribunal rend alors son jugement de mort.

L'arrêt, inique dans le fond comme dans la forme, est signifié aux condamnés à la Conciergene « entre les deux guichets de la prison ». Sa lecture est hachée de protestations : « Qu'on nous conduise tout de suite à la guillotine ! dit Danton. Ce jugement, je ne veux pas l'écouter, je crache dessus. » Puis il se tait. Desmoulins sanglote. L'aboyeur de Septembre devenu le coryphée de la démence n'est plus qu'un haillon humain. Il dégoûte les autres qui se détournent et parlent entre eux d'un air d'indifférence.

Danton a réclamé la guillotine; il n'attendra guère. Sanson arrive presque aussitôt. « Gros gibier aujourd'hui ! » dit en riant le gendarme qui l'introduit près des condamnés. Tandis qu'on lui coupe les cheveux, Fabre d'Eglantine se lamente, homme de lettres jusqu'au bout, sur la comédie saisie dans ses papiers et que ce voleur de Collot d'Herbois pourrait bien faire jouer comme étant sienne. Des-moulins se débat sur sa chaise et gémit : «Ma Lucile, mon enfant ! » Lacroix est abattu. Chabot baisse la tête. Hérault de Séchelles reste calme. Philippeaux et Westermann gardent leur sang-froid. Danton lâche de gros mots...

Portefeuille de Fabre d'Eglantine - collection particulière

Du greffe, malgré l'épaisseur des murs, on entend le bruit de nombreux pas, le piétinement des chevaux qui traînent les charrettes, le cliquetis des sabres de l'escorte. A quatre heures, les deux voitures, pleines, sortent de la cour du Mai. Danton est monté dans la première avec Camille et Hérault. Desmoulins, les mains liées, se débat si furieusement qu'il arrache ses habits, sa chemise, a bientôt le torse nu. Il hurle : « Peuple, on te trompe ! On massacre tes défenseurs ! » Il supplie aussi : « Je suis le premier apôtre de la Liberté, me laisserez-vous assassiner? » Danton le morigène comme un enfant : « Reste donc tranquille ! Penses-tu attendrir cette vile canaille ? » Même a' ce moment, il doit garder quelque illusion. Son ami Brune, qu'il sait aux alentours, a juré de le sauver ou de périr. Et Legendre, Fréron, au dernier moment pourraient agir... Puis il secoue sa crinière. Et comme Fabre d'Eglantine regrette toujours ses beaux vers, il pouffe de rire : « Des vers, avant huit jours ta en feras ! »

Ce jour est si lumineux, si tiède, qu'on le prendrait pour un jour d'été. Dans le poudroiement du soleil, lentes, les charrettes suivent les quais et la rue Saint-Honoré. Au café de la Régence où ils ont fait naguère de franches lippées, Danton aperçoit David qui, un carton sur les genoux, le « croque » au passage. Tordant sa lippe, il le frappe d'un seul mot « Valet ! » Le peintre en restera muet longtemps. Devant la maison Duplay dont la porte et les fenêtres sont closes, qui semble une tombe, et où Danton devine que Robespierre rôde, épiant derrière les volets, il crie, la haine lui soufflant des mots prophétiques.

- C'est en vain que tu te caches, Robespierre ! Tu me suivras ! Ta maison sera rasée, on y sèmera du sel !

Sur la place de la Révolution un enfant charrettes. Le secrétaire des Frey, Diedrichsen monte le premier les dix marches de l'échafaud, puis Delaunay, Bazire, Fabre, Lacroix... A celui-ci, pour adieu, Danton dit :

- Mon ami, si dans le pays où nous allons il se fait des révolutions, crois-moi, ne nous en mêlons pas.

Camille meurt, hagard. Quand vient son tour, Hérault regarde une fenêtre du Garde-meuble où une petite main fait un signe d'adieu. Il veut embrasser Danton. Le bourreau pressé les sépare :

- Tu es donc plus cruel que la mort ? dit Danton. Tu n'empêcheras pas nos têtes de s'embrasser dans le panier.

Le dernier, il monte le degré gluant. Les rayons presque horizontaux du soleil découpe son athlétique silhouette qui reste un instant immobile sur l'échafaud. Il s'attendrit en songeant à sa femme « Ma bien-aimée, je ne la verrai donc plus ! » Mais il murmure aussitôt «Allons, Danton, pas de faiblesse » Et reprenant stature et voix ne se glisserait pas. Les condamnés descendent des souveraines, il commande à l'exécuteur: « Tu montreras ma tête au peuple, elle est bonne à voir ». Sanson lui obéit. Il saisit sa tête par les cheveux et la brandit aux quatre coins de l'échafaud.

« Vive la République ! » crie la foule dans la nuit qui vient.

Les anciens cimetières ne suffisant plus, on en a ouvert un autre à Monceaux. On y charrie les quinze cadavres dépouillés. Lhuillier fera le seizième. Pour ne pas survivre à ses amis, il s'est coupé les veines dans sa prison. Mais ce n'est pas lui que Danton attend... Pour aller vers l'ombre, il réclame un autre compagnon de route, celui qu'il assigna au passage devant sa porte. Attiré. marqué par son cri, Robespierre le rejoindra dans trois mois.

Danton, Fabre d'Eglantine, Des-moulins et leurs compagnons n'ont pas mérité la pitié que certains leur vouent encore et qu'ils refusèrent non seulement à leurs ennemis, mais aux massacrés de Septembre, à Louis XVI, à la reine, àtant d'innocents.

La clémence, ils ne l'ont prônée que pour combattre les Hébettistes et parce qu'ils se sentaient eux-mêmes en croissant péril.

Ils étaient trop souillés pour que pitié, concorde eussent un sens dans leur bouche.

Qu'ils s'affalent donc à leur tout dans le rouge marécage, ces démagogues que seule la crainte a rendus à l'humanité, ce tribun vendu, parfois traversé d'éclairs patriotes capables un instant d'illuminer son égout, cet escroc partagé entre les Muses et les affaires, ce journaliste couard qui a bégayé sa mort comme il avait bégayé sa vie, qu'ils s'enfoncent dans le repli du temps avec leur bande d'aigrefins et d'espions.

On essaiera plus tard de leur élever des statues.

Mais on n'a pu les pétrir que de leur boue; au premier rayon qui les frappe, elles s'effritent et retournent à la poussière.