Wyndham Lewis et le Vorticisme

Les années qui précédèrent la première guerre mondiale furent, en Angleterre, une période pleine de promesses dans le domaine de la littérature et des beaux-arts. C'est en juin 1914 que parut à Londres le premier numéro de la revue "Blast" (Ouragan); le second et dernier paraîtra en juillet 1915 L'animateur en était le peintre Wyndham Lewis.

Né en 1884, Lewis est également l'auteur des romans Tarr, Apes of God et du volume d'essais Time and Western Man. Le sous-titre de Blast sera : "Revue du grand Vortex anglais", d'où le nom de "Vorticisme".

La personnalité littéraire du mouvement sera le poète américain Ezra Pound qui définira le Vortex: "Le Vortex est le point maximum d'énergie. Il représente en mécanique la plus grande efficacité." Autour de Wyndham Lewis se grouperont les peintres Ed. Wadsworth, William P. Roberts, Etchelîs, les sculpteurs Gaudier-Brzeska et Jacob Epstein.

A l'encontre du Futurisme, toutefois, le Vorticisme n'a pas l'intention de condamner les gloires du passé à l'aide du terme de "passéisme". Mais il tente d'affirmer un modernisme très authentique. Sa tendance essentielle est d'atteindre le summum de la force et de l'énergie en identifiant toute représentation avec la machine, et de parvenir à une expression sommaire et dépouillée. Néanmoins, le Vorticisme, selon ses propres dires, n'entend pas considérer la machine d'un point de vue sentimental. D'ailleurs, dans le premier numéro de Blast, on attaque violemment le Futurisme italien: " L'Automobilisme (Marinettisme) nous assomme. Nous ne voulons pas faire plus de vacarme pour les automobiles que pour les couteaux et les fourchettes, les éléphants ou les tuyaux à gaz." Cependant le désir des jeunes artistes anglais de construire le tableau d'une manière architectonique, suivant le conseil de Cézanne, les poussera assez naturellement à se tourner vers les machines, où l'on discerne beaucoup plus facilement la présence des cylindres, des cônes et des sphères que dans les œuvres de la Nature. Tendance assez naturelle, mais en fin de compte, impossible à justifier du point de vue esthétique. En effet, puisque la machine est déjà elle-même un produit fabriqué, quelle que soit l'inspiration que le peintre trouve en elle, il lui manquera l'un des éléments essentiels de la véritable création artistique: l'originalité.

Le mouvement dirigé par Wyndham Lewis représente en quelque sorte une réaction contre l'esthétisme de Beardsley et de son groupe, qui déplaisait également aux cercles académiques et aux éléments d'avant-garde. Les artistes découvraient, dans la précision lumineuse des cylindres et des pistons, des formes susceptibles de liquider les fadaises, fanfreluches et falbalas de l'âge victorien, et Blast était le symbole de ce nouvel esprit. Malheureusement, le mouvement fut rapidement débordé par le cataclysme de la première guerre mondiale à laquelle Lewis lui-même prit une part active.

Il est intéressant, et peut-être significatif, que l'une des œuvres les plus remarquables de Wyndham Lewis, Plan de campagne, entièrement construite avec des lignes parallèles et au moyen de blocs de couleurs (représentation d'unités d'armées au combat), ait été exposée en juin 1914, bien avant que quiconque, en Angleterre, ait eu le moindre pressentiment d'une guerre imminente. En 1918, après deux ans de service dans l'artillerie lourde en France, Lewis revint à Londres, et l'un des premiers tableaux qu'il exécuta à son retour (destiné au Monument aux morts canadiens) fut son Artillerie en position, magnifique évocation de la puissance des canons lourds en action.

Wyndham Lewis est le premier artiste anglais à avoir introduit en Angleterre certains principes esthétiques modernes, du moins ceux qui s'inspirent de tendances à la discipline, à l'épuration, au rejet des fadeurs, des naïvetés, de la préciosité des circonlocutions.

La signification historique du mouvement de Blast est peut-être plus importante que son apport artistique: pour la première fois, ou presque, se produisait en Angleterre une activité picturale strictement parallèle à celle du continent européen.