A la rencontre du XX° siècle

Pablo Picasso (1881 - 1973) - Jeune Femme - 1901 - (0,52 m x 0,33 m)

Otterlo, Rijksmuseum Kröller-Müller

1901, Picasso, venu à Paris, a vu l'oeuvre de Lautrec qui le séduit par son dessin, sa palette à la fois impressionniste et pointilliste, mais pas encore par l'humanité agressive et tourmentée de ses personnages

L’Exposition Universelle de 1900 vient d'être inaugurée; elle évoquera un "style", elle marquera une date, mais, nous allons le voir, certainement pas dans la peinture qui comptera dans l'histoire. Si l'on constate en effet combien l'art de Munch reste, dans Sa forme, tributaire de l'éphémère Jugendstil, par contre celui de Bonnard, celui de Picasso des années 1900, n’ont pas succombé aux séductions de l'Art nouveau. Il n'est plus question alors d'évocations historiques ou symbolico-sentimentales. Le goût des artistes persiste, depuis Manet, Renoir et Degas, à se fixer sur les spectacles des cirques, des bals, des théâtres, des courses de chevaux.

Pierre Bonnard (1867-1947) - Au Cirque - Vers 1900 - (0,54 m x 0,65 m)

Paris, Collection particulière

On s'en inspire non pas du point de vue anecdotique, mais ils sont prétextes à des jeux dynamiques et plastiques où toutes les recherches picturales de l'époque sont confrontées. Les trouvailles impressionnistes sont élargies, on y mêle les récentes acquisitions du synthétisme, du divisionnisme, ou du graphisme de Lautrec. Cependant il s'agit ici d'une sorte d'éclectisme qui aboutit à une impasse. On pressent qu'étant donné la qualité des artistes en cause, l'art s'apprête à changer de signification